Tag Archives: Presse Randonnée Nautique

Ouest France : Les bateaux Plasmor ont le vent en poupe

Extraits de l’article de Ouest France : Plasmor chantier naval

2010-03-14-Article-Ouest-FranceEn 30 ans d’innovation, la PME Plasmor a réussi sa spécialisation dans les kayaks de mer et petits voiliers de promenade.
… Plasmor (Plastiques du Morbihan), la société créée par Dominique Bourçois, est devenu un fleuron morbihannais du nautisme. La spécialité de cette PME, le kayak de mer et le bateau de randonnée.

Vente sur place et à emporter
Le cap définitif sur le nautisme date de 2002. Plasmor crée un premier bateau de randonnée, le Skellig, un petit voilier transportable et ¯ « spartiatement » ¯ habitable. Ces dériveurs, dessinés par un Lorientais, Christophe Baley, finissent d’asseoir la réputation du constructeur. « Le bateau pour nous, c’est un art de vivre en prise avec la nature. Je ne me revendique pas comme un écolo, mais le point commun de nos produits, c’est la randonnée nautique. »
Pour être compétitif, avec ces petites séries très personnalisées, gourmandes en main-d’oeuvre, Plasmor a choisi de vendre en direct. « On économise la marge des distributeurs. On gère la production avec un outil informatique sophistiqué peu courant dans des entreprises de notre taille. Avec l’exigence de qualité, c’est la seule façon de rester concurrentiel face à des pays à faible coût de fabrication. »

Le client se déplace à Theix. « Les gens viennent faire des essais. Avec le Golfe, c’est idéal. Via notre site internet on vend un peu en Allemagne, en Belgique, Autriche, mais notre clientèle est majoritairement française, façade atlantique et Corse, beaucoup. » Et les bateaux de rando ont plutôt le vent en poupe.

Source : Ouest France
Textes : Denis RIOU.Photos : Jérôme FOUQUET.

Tags:

Article de presse : Plasmor veut lancer des bateaux à la fibre écolo – Ouest France Janvier 2010

2010-01-10-OF-composite-bioExtraits de l’article paru dans Ouest France – 5 janvier 2009
L’entreprise nautique basée à Theix, associée à un groupe de chercheurs, veut créer un composite bio à base de lin et d’amidon.

« Quant on défend l’idée de la rando nautique, il faut aussi penser à la nature » confie Dominique Bourçois, le patron de Plasmor, près de Vannes. Née en 1977, elle est connue pour ses modèles de kayaks et petits voiliers de randonnée, et emploie aujourd’hui vingt-cinq personnes. Chaque année, près de trois cent kayaks et une cinquantaine de bateaux à voile sont fabriqués dans les ateliers de Theix.

Dominique Bourçois a toujours eu en tête de fabriquer des bateaux écolos. Son rêve de voir des embarcations bio n’est plus si éloigné.

SEPT ANS DE RECHERCHE
Depuis sept ans, l’entreprise s’est associée à l’université de Bretagne Sud, mais aussi à Finot et Altröm, pour mettre au point un composite à base de plantes, de lin et d’amidon. « On travaille sur le lin depuis toutes ces années. Mais on se rend compte que c’est plus compliqué d’obtenir une fibre à partir du lin. Le procédé choisi par les chercheurs de l’université, c’est le lin non tissé. Des petites fibres sont enchevêtrées les unes dans les autres. C’est une technique de pâte à papier. Des machines peuvent faire cela. Le problème sera plus d’en faire des quantités suffisantes. »
Autre challenge, créer un amalgame solide avec une résine végétale, l’amidon. Le procédé est sur le point d’aboutir. « Il faut que l’on étudie comment ce matériau vieillit. Il est sûr que cela conviendra surtout à de petites embarcations comme le kayak. Enfin, la dernière difficulté est de lancer ce matériau au même prix que le composite actuel. Les acheteurs veulent bien être écolos, mais au même prix. »

UN PROTOTYPE FIN 2010

Tags: ,

Essai Skellig 1 dans Voiles et Voiliers

2008-12-Voiles-er-Voiliers-Skellig-1

Extraits de l’article paru dans le Voiles et Voiliers – Décembre 2008

« Notre avis : ce petit bateau qui ne paye pas de mine mérite une distinction, celui du traditionnel le plus vendu du marché avec plus de 200 unités à flot. Avouons le, il nous a étonnés par ses capacités et sa marche à la voile lors d’un essai comparatif. Disponible en deux gréements voile au tiers et sloop avec l’adjonction d’un foc, il est très stable, vivant et dispose d’un grand coffre. pour un prix raisonnable cette unité familiale par nature en donne vraiment beaucoup ! »

Source : Voiles et Voiliers – Décembre 2008 – Voiles et Voiliers

Tags:

Plasmor sous les feux de la rampe

Revue de presse : www.ouestbateaux.com

Au salon nautique 2007, Plasmor est sous les feux de la rampe grâce à une expérimentation depuis un an d’un kayak de mer dans lequel le lin a remplacé la fibre de verre.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Ce n’est pas encore tout à fait satisfaisant mais on s’en rapproche. Plusieurs centaines de milliers d’euros d’aides publiques obtenus grâce à la labellisation par le Pôle Mer Bretagne devrait aider un peu à la roue.
Catherine Chabaud la journaliste navigatrice présentait au salon un siège brun en fibres végétales.

« Dès la prochaine Transquadra, je souhaite que mon bateau intègre des éléments recyclables à base de lin » confiait lundi la navigatrice-journaliste Catherine Chabaud sur le stand du chantier Plasmor. Avec son projet Reporter Bleu, elle est, en effet, une sorte de marraine pour le projet Nav-Eco-Mat qui réunit le constructeur de kayaks et bateaux de randonnée, l’Université de Bretagne-Sud à Lorient, un industriel du lin, l’Ifremer et l’architecte Jean-Marie Finot. Le pari: faire un plastique résistant au moins 30 ou 40 ans à l’eau de mer, mais totalement biodégradable en fin de vie.

Un bilan environnemental
kayak en fibres de linOn ne rêve pas puisque Plasmor expose déjà à Paris, un siège de kayak brun en fibre végétale et teste un kayak entièrement en lin depuis un an. Il y a bien quelques problèmes de bulles dans la résine. Mais on approche du but. Plasmor aimerait mettre jusqu’à 30% de fibres de lin dans ses produits dès 2008.

Et puis, les chercheurs, tout comme Catherine Chabaud ont souci de ne pas déplacer la pollution. Un bilan d’impact écologique permettra par exemple de mesurer les inconvénients pour l’environnement si l’on dope la culture du lin avec des engrais et pesticides. L’idéal serait de produire un lin bio. De même, le chanvre a été provisoirement écarté, car pour extraire les fibres, il faut procéder au rouissage (traitement à l’eau) qui libère des substances polluantes de la plante. Une technique certes traditionnelle qui n’est pas pour autant 100% écolo.

Tags: , ,

Raid kayak à Abu-Dhabi

Revue de presse Le Télégramme : 100 Kayaks de mer livrés pour un raid à Abu-Dhabi

Plasmor vient de terminer la fabrication de 100 kayaks de mer biplaces destinés à un raid qui se déroulera à Abu-Dhabi en décembre. Le chargement sur trois semi-remorques s’est déroulé hier à destination du Havre.
Saga Aventures, organisateur de ce raid, avait déjà commandé 150 kayaks de mer à l’entreprise Plasmor pour le Raid Gauloises en 1992… Cette fois, la commande est de 100 Belougas 2, des kayaks de mer biplaces à voile et très stables, pour un raid aventure qui doit se disputer au mois de décembre à Abu-Dhabi.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

120 km en kayak de mer

Ce raid par équipes de quatre personnes ne se déroulera pas seulement en kayak (une épreuve de 120 km en deux étapes)… Il est également prévu des épreuves de course à pied, à vélo et à dos de chameau dans le désert. « Saga Aventures organise des raids depuis 20 ans. Abu-Dhabi nous a contactés pour créer ce raid multi-activités et international », indique Thierry Anselm, responsable de Saga Aventures. D’une durée de six jours, il mettra en lice des concurrents de 20 nationalités avec des sportifs de haut niveau, aguerris à ce type d’épreuve.

10 % du chiffre d’affaires

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERALes 100 Belougas 2 à voile, très stables, ont tous été produits dans l’atelier de la zone de Saint-Léonard depuis le mois de juin. Une commande exceptionnelle par son volume et son délai de réalisation qui représente plus de 3.000 heures de travail et 10 % du chiffre d’affaires de Plasmor, note Dominique Bourçois, directeur de Plasmor.

Plus de 10.000 kayaks fabriqués

L’entreprise (*), qui a fêté ses 30 ans en septembre, fabrique des kayaks de mer depuis 1981. « Le Belouga 2 a été conçu en 1992 à l’occasion du Raid Gauloises. Mais il n’est doté de voiles que depuis six ans », précise Claudine Morice, de Plasmor. Plus de 10.000 kayaks de mer ont été produits depuis la création. Mais Plasmor conçoit et fabrique également des petits voiliers et canots à moteur : plus de 300 bateaux depuis 2002. Des produits qui s’exportent puisque Plasmor a vendu cette année un bateau à voile à Mayotte et un autre à Tahiti… L’entreprise est très impliquée dans le nautisme : elle anime le groupe de travail dédié à l’éco-conception au sein du cluster nautique aux côtés du laboratoire Polymères et Composites de Lorient et de Catherine Chabaud.

(*) Plasmor a été créée en septembre 1977. L’entreprise emploie 27 salariés. Son chiffre d’affaires 2006 est de 1,7 M € .
© Le Télégramme

Abu-Dhabi Adventure Challenge

Tags:

Voiles et Voiliers – Le Skellig 1 taille bravement sa route

Extrait de l’article paru dans Voiles et Voiliers de Juillet 2007
6 catboats en liberté

« Aux premiers mâtés .. top chrono

A l’inverse, dans le style « regardez, je le fais d’une seule main ! », le Dinghy 12 et le Skellig 1 décrochent la palme de la simplicité, particulièrement ce dernier dont le tube alu portant sa voile au tiers se place en un clin d’œil. »

« Avec une certaine indépendance de trajectoire par rapport à l’ensemble de la flotte, le Skellig 1 taille bravement sa route. Ce bateau, tout simple, voile cachou au tiers, nous a vraiment étonnés. Dépouillé, il semble sortie d’une boite de Playmobil, mais on aurait tord de le juger hâtivement. Avec une carène pas vilaine du tout qui peut accueillir du monde dans son large cockpit, ce canot traditionnel revisité et insubmersible est très tolérant sur les déplacements de poids. Son étrave droite, ses formes évasées à l’avant lui permettent de passer très bien dans les vagues soudaines…L’architecte vient du kayak de mer et les astucieux filets de rangement le long du puits ne doivent pas grand-chose au hasard !
La glacière, elle, pourra trouver sa place dans l’imposant coffre arrière (bravo !) à côté duquel trône un éventuel petit hors bord. La voile au tiers « façon sinagot », mérite une mention particulière. Avec un bord d’attaque bien raide, c’est un plaisir de régler au centimètre d’écoute près ce plan porteur en jouant sur le gauchissement de sa surface. Le près que l’on fait ainsi n’est pas du tout approximatif, mais il y a un mauvais bord lorsque la voile se trouve au vent du mât, la disposition de la vergue ne permettant pas de gambeyer. Modestement toilé, ce qui correspond à son programme, le Skellig est pénalisé dans les petits airs, mais affirme un caractère de passe-partout bien trempé et très à l’aise dans le médium comme nous le verrons demain. »

2007-07-Voilesetvoilers-Skellig1

Tags:

Bateaux magazine – Little Skellig : La simplicité d’abord

Article paru dans Bateaux Magazine en juin 2007

2007-06-Magazine-Bateaux-Little-Skellig

« Toujours dans l’optique de proposer des bateaux ultra simples, rapides à mettre à l’eau et peu chers, Plasmor lance, après le Skellig 1 et 2, le Little Skellig, benjamin de la gamme. »

« Le comportement du Little Skellig se montre très sur et toujours tolérant dans les risées. Aucun problème pour embarquer des enfants. Le constructeur a même prévu des dames de nage pour les avirons et une chaise moteur. »

Tags:

Kayakafrika dans Voiles et Voiliers

Ethnographe, Xavier a débuté un programme de recherches le long des côtes africaines à l’aide d’un kayak de mer muni de voiles, puis à bord d’un Edel cat 26.

A bord, il y aura tout la matériel audio et vidéo, de quoi bivouaquer, 100 litres d’eau douce, un mois d’autonomie en nourriture et énergie.

2007-06-Kayakafrika

L’histoire débute dans le Morbihan, le fabriquant vannetais Plasmor met au point un kayak de mer de 6,50 mètres en fibre de verre équipé d’un safran, de deux dérives centrales, de deux mats amovibles, de deux voiles lattés et d’un foc.

Répondant à mes attentes, la ligne Kayakafrika est née. Il s’agit d’un modèle Belouga biplace rallongé tenant bien la mer, 300 kilos de charge utile, étanche, robuste, rapide, stable. Un grand kayak pour explorer les côtes africaines. A bord dans les caissons, il y aura tout le matériel audio et vidéo, de quoi bivouaquer, 100 litres d’eau douce, un mois d’autonomie en nourriture et énergie. Sur le pont, une pagaie de rechange, un CPS, une fusée, trois litres d’eau douce, des barres vitaminées, un compas, du matériel de prise de vue étanche. Tout doit être à l’extérieur car, une fois en mer, impossible de sortir de l’embarcation. La houle et les vagues couvrent continuellement le pont et l’hiloire doit être maintenue en permanence fermée à l’aide de la jupe ou d’un cache en Néoprène.
Le long des côtes marocaines, j’ai couvert des distances de plus de 40 milles par jour dans les meilleures conditions, en hiver, avec une dominante de vent Nord-Nord-Est (grand large, houle et courant arrière).
Le littoral mauritanien est une vaste plage où le sable du désert vient se perdre dans la mer..

…La suite de l’article dans Voiles et Voiliers

© Crédit Photo : Xavier Van der Stappen

© Voiles et Voiliers

Tags: