Trois filles en kayak sur la Loire

Un Bélouga Caugek ? Qu’est ce que c’est que cette nouvelle histoire naturelle des espèces ? signé Buffon.

A défaut de bateau ivre, embarquons, nouveau Jonas. Je découvre la (belle) baleine – bien profilée la belle- me retourne, vois la dérive… et nous volons déjà comme une sterne vers l’aventure.

La métaphore est commode… Aurais-tu oublié comment nous avons passé Blois et son vieux pont ? Infranchissable sur la Loire à ce niveau d’eau là au mois d’Août et si troublant à nos yeux de kayakistes débutantes.

Glissons, glissons…. Sur ce souvenir de portage. Les Bélouga Caugek sont si stables sur l’eau. La sensation de glisse est immédiate. Allons, on apprend vite à lire le fleuve, on voit ses frémissements, on suit plus complices ses courants.

3-filles-sur-la-loire

Te souviens-tu du premier bivouac ? La toile nichée sur une petite île silencieuse peuplée de castors…

…que nous avons repérés aux traces ouvrant des chemins dans l’épais tapis d’arbustes. L’un était si proche de nous par l’eau.

Les soirées étaient splendides. Petit vin de Loire gardé au frais dans le caisson du kayak.

Et feu de camp. Aah ! les brochettes de merguez enfilées sur des tiges de saules….Une véritable aventure sauvage, un no man’s land là si près de ce que nous connaissons.

Ils sont tellement dépaysants ces quelques jours en autonomie. On loge tout dans les Bélouga Caugek : duvet, tente, miam miam, etc …et on passe dans une autre dimension.

Tu veux parler de notre réveil avec la montgolfière au lever du soleil ?

De cette matinée à descendre au milieu des vanneaux huppés les rives du fleuve bordées d’oiseaux les plus variés ?

Oui, j’y pense… et j’aime caresser la petite corne sur ma main, là où se posait la pagaie.
Lyziane – Lénaïck – Claudine

Tags:
Share: 0