Conseils pour être un pêcheur heureux

pecheur heureux

Tout d’abord le choix du kayak.

Après avoir débuté la pêche sur un sit on top, j’opte pour un Bélouga de Plasmor. Je retrouve la stabilité du sit-on-top avec en plus une vitesse de déplacement beaucoup plus importante et une homologation qui me permet d’explorer des spots de pêche éloignés.
C’est vrai qu’au début il faut s’organiser, le sit-on-top étant par définition ouvert j’avais tout le matériel à disposition en vrac sur le bateau (boite de leurres et canne à pêche). Avec le Bélouga, j’organise plus méticuleusement mon bateau, la boite de leurres rangée à gauche du siège, la canne est sous les élastiques sur le pont (le temps de passer les premiers rouleaux) et entre mes jambes j’ai un filet et un couteau. La plus grande vitesse du Plasmor m’a permis d’attraper enfin du poisson à la traine. De plus mon Bélouga est équipé d’un gouvernail, ce qui me permet de bien positionner mon bateau lorsque je pêche.

peche-poissons

Technique de pêche.

A la traine :
Une fois éloigné du bord je monte ma canne qui est en 2 morceaux (c’est une daiwa exceler en 2m13) mon moulinet est un shimano Symetre 2500 FJ. Je pense que ces détails sont nécessaires pour le pêcheur débutant qui cherche à s’équiper. Mon moulinet est rempli de 130 metres d’une tresse de 0,20 mm. Et le plus important, le leurre, j’utilise des Méga Flash de Flashmer en 11,5 ou 12,5 cm, ils font respectivement 18 et 23 gr.
Je lance donc le plus loin possible mon leurre (dans le sens du vent) je mets la canne dans le porte canne puis je pagaie pour mettre mon fil en tension. Une fois tendu, je relève le pick-up du moulinet et je mets de 10 à 20 coups de pagaies, ce qui éloigne encore un peu plus mon leurre. La distance du leurre au kayak est essentielle puisqu’elle est en relation directe avec la profondeur de nage du leurre. Bien sûr la vitesse à laquelle on pagaie y est aussi liée. Je pense pêcher à environ 50 mètres de mon Bélouga. Cette distance doit être stable, avec les Méga Flash, elle est redoutable.

Au leurre manié :
Je choisis des pierres qui couvrent et découvrent avec la marée, et toujours avec la même canne et le même leurre, je lance et anime mon leurre. Les résultats sont aussi bons qu’à la traine, il faut juste faire attention à la dérive de son kayak, car en cas de combat avec un gros poisson, il ne faut pas que le kayak heurte une roche.

Lors d’un combat avec un poisson, je bloque ma pagaie du côté droit à l’aide de l’élastique arrière. Je fais attention à ce que mon fil ne vienne pas toucher les pales de ma pagaie, car elle le couperait net. Lorsque le poisson est fatiguée, je le fais rentrer dans le bateau, je le bloque fermement avec ma main libre, je mets la canne dans le porte canne puis je retire le leurre. Car un bar pris avec un Méga Flash (3 tridents) saute de partout dans le bateau, et le risque de se faire hameçonner la cuisse ou des parties plus sensibles est présent. Il faut donc être vigilant et rapide. Je mets ensuite le poisson dans mon filet.

Quels poissons

Je pêche avec les Méga Flash couleur éperlan (NA) et le rouge et jaune (OD). Je n’ai jamais testé les autres couleurs, par contre j’ai testé une multitudes de leurre d’autre marque avec lequel je n’ai rien pris.
A la traine, j’ai donc attrapé des bars, des lieux, des maquereaux, et même des thazards…
En leurre manié, je fais du bar et des lieux, je pêche en Loire Atlantique et dans le pays Bigouden. Dans les bons jours, je fais un poisson par demi-heure.

En espérant vous avoir aidé, bonne sortie à vous et respectez les tailles minimum des poissons.

Philippe

Tags: ,
Share: 0