46 jours en Atlantique avec un Triaskell

Vannes- La Corogne – Lisbonne (Cascais) – Porto Santo (archipel de Madère) – Sao Miguel (Archipel des Açores) -Vannes

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Comment fêter dignement ses 60 ans et son passage à l’âge adulte ? Quoi de plus ressourçant qu’un congé sabbatique de deux mois en bateau ? Et quel bateau, si ce n’est IRUS, mon Triaskell, suffisamment costaud pour naviguer dans ces contrées, suffisamment grand pour le confort, et suffisamment facile pour un navigateur « aspirant ».

Les étapes

2011-09-Triaskell-Atlantique-carte

-23 au 29 juin : Arradon – La Corogne (Espagne)
-1 au 4 juillet : La Corogne – Cascais (Portugal)
-7 au 12 juillet : Cascais – Porto Santo (Madère)
-15 au 21 juillet : Porto Santo – Ponta Delgada (Açores)
-23 juillet : 7 Août : Punto Delgado – Arradon

2011-09-Triaskell-Atlantique-depart
23 juin, j’ai 62 ans depuis hier ! (2 années de retard pour les 60 ans, mais impossible de prendre deux mois de congés avant). Je quitte Arradon et le Golfe du Morbihan pour le grand large, soulagé de partir enfin après quelques mois de préparation et néanmoins légèrement interrogatif sur mes capacités de marin au long cours.

7 août, IRUS franchit à 20 heures le goulet de Port Navalo à l’entrée du Golfe du Morbihan, sous petite trinquette et artimon à deux ris, son capitaine ému de voir la ligne d’arrivée de son voyage après les 16 jours de mer de cette dernière étape depuis Ponta Delgada sur l’île de Sao Miguel aux Açores.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAEntre ces deux dates, quelques peurs (des journées de mer forte pendant lesquelles on se maudit de ne pas être resté chez soi, le dégagement sous le bateau d’un filet pris dans l’hélice…) quelques fatigues (nuits parsemées de réveils pour des alarmes radar, pour changer des voiles en urgence parce que le vent est monté…) des joies (compagnies de dauphins, 2 baleines, quelques journées paisibles, des paysages -toujours le ciel et la mer mais quand même !) du face à face avec soi (le bateau est quasi une cellule monacale isolée de tout, et en plus elle bouge !) de l’amarinage , de la lecture (plusieurs milliers de pages, on a le temps) de la cuisine (toutes les recettes que j’aime –nouilles et encore nouilles) de l’écriture (livre de bord, journal de voyage…)

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAEn résumé, une parenthèse dans la vie standard, une expérience pleine d’enseignements que je ne saurais trop vous recommander (même si vous n’avez pas encore 60 ans !)

Dominique

Lire le récit complet (pdf)

Tags:
Share: 0