Cap sur les Minquiers – 2/4 Chausey

Suite du témoignage de Jean-Marc J., qui raconte sa randonnée en kayak en juin 2010 aux Minquiers. Avec ses trois compagnons, ils parcourent plus de 80 milles entre Saint-Cast, Saint-Malo, Chausey et les Minquiers.

Deuxième partie : Chausey.

randonnée kayak aux Minquiers - étape à CHausey

randonnée kayak aux Minquiers – étape à Chausey

Dimanche 20 juin : Traversée manquée vers Chausey (7 milles).
Le vent du nord-est, de face, persiste et signe une mer agitée. Je ressens fortement le stress de l’équipage à de multiples signaux, Josée est contrariée par sa jupe qui fuit, elle a les fesses constamment mouillées ! René affiche sa tête des mauvais jours, Eric est trop silencieux.
Au bout d’une heure (sur 5 prévues) d’une médiocre progression, Josée lance : « Faut il continuer ? » La simple formulation de la question est de trop, stop à la potentielle galère, cap sur la terre ! La pointe de Méinga est rapidement atteinte avec le vent devenu favorable dans cette direction. La coupe est pleine pour aujourd’hui, bien sur, tout cela participe à notre mise en « bras » déficitaire, mais c’est dur ! Maintenant priorité au moral de l’équipage, Eric se plaint particulièrement de douleurs à l’épaule et lâche : « nous avons passé l’âge…. » j’encaisse en silence. Au large le vent reste fort et la mer agitée. Sieste au soleil pour tous sauf René  qui va dans l’eau (il ne se repose jamais). La promenade sur le sentier côtier nous ravit. Une carcasse de bateau est victime de notre attirance pour l’inox, le butin est partagé entre 2 pirates !
Un beau vieux barbu, un œil pétillant l’autre éteint, nous aborde gentiment, il s’annonce capitaine de la Bisquine Cancalaise, demain il va à Chausey, encourageant : « …demain beau temps, mer belle…».
Josée couds une bretelle sur sa jupette défectueuse, c’est un signe fort de moral en hausse ! Les couleurs du soir, douces et belles, nous réconcilient avec la vie en plein air.

Lundi 21 juin : Chausey, le piège de la plage de la Carrière – 14 milles.
Magnifique surprise au réveil, la mer est parfaitement calme, Chausey se dessine à l’horizon. Autre surprise : le mat potence en inox a disparu pendant la nuit, sans bruit!
Cette fois c’est parti pour de vrai, notre bande de « tamalou » avale les milles sans fléchir sans réfléchir. Voir Chausey se rapprocher galvanise l’équipage. Nous visualisons également la progression de la Bisquine toutes voiles dehors, les nôtres sont également bien gonflées avec une gentille brise de travers. Je chaparde 2 seiches sans tête à des goélands, j’adore faire cette blague à ces volatiles, de plus c’est un bon repas à l’arrivée ! J’apprends plus tard que ces seiches sont sans doute des victimes de dauphins gourmands.
Chausey, chaleur étonnante, Yvon le capitaine de la Bisquine nous invite à son bord, il a suivit notre progression à la jumelle, 1 coup de rouge,  pas question de repartir sur un pied, 2 coups de rouge,  plus tard c’est sieste au soleil après dégustation de notre grillade de blanc de seiches !
c’est également bon de se dégourdir les gambettes sur les sentiers de l’île principale.
Halte de nuit discrète en haut de la plage de la carrière, la mer descend, loin, trop loin, nous sommes pris dans un  piège de vases molles, à moins d’un départ aux aurores….

Tags: , , ,
Share: 0