Inventer les remplaçants du Muscadet, du Mousquetaire

«Il faudrait inventer les remplaçants du Muscadet, du Mousquetaire…. »

Plasmor :
En toute immodestie, c’est le rêve fou de succéder à ces séries mythiques de bateaux qui a présidé à la conception d’abord des petits voiliers Skellig 2 et ensuite du biquille Triaskell.
Aux Muscadets et Mousquetaires, il faudrait ajouter les Corsaires, les Armagnacs, les Cognacs : Ces bateaux,  issus des cerveaux de deux architectes géniaux, Philippe HARLE et Jean Jacques HERBULOT, ont été produits à des milliers d’exemplaires des années 60 aux années 80. Ils continuent de vivre par leurs associations respectives, et par des loueurs qui les proposent :  « Plus qu’un simple bateau, c’est tout un esprit marin qui règne à bord de ces voiliers. On retrouve à travers leur propriétaire la solidarité des gens de mer et le respect de la mer. Leur bateau n’est pas un objet de consommation, mais un fidèle compagnon… »

Cette dernière phrase aurait pu être la maxime de notre chantier pour réaliser nos bateaux, Nous avons voulu renouer – non pas tant dans la forme, mais réellement dans les principes- avec les valeurs du début de la plaisance.
Nos formes d’architecture navale sont modernes, les matériaux que nous employons sont modernes, mais au service d’une pratique de la navigation intemporelle, humble et respectueuse de la mer, ou la solidité, la simplicité, la durabilité, priment.
voiliers traditionnels Plasmor
En pratique ces choix se traduisent par des formes de carène confortables et conviviales (faible gîte), bien défendues à la mer, des fabrications prévues pour durer très longtemps, (stratification traditionnelle épaisse), et des solutions techniques (passage de câbles, drosses du gouvernail, cadènes apparentes…) les plus évidentes possibles pour résister au temps et demeurer toujours réparables soi même.

Parions que dans 50 ans, les Skelligs et Triaskells témoigneront de la justesse de ce parti pris !

Dominique.