Un kayak en matériau naturel

Un bateau entièrement en matériau naturel que l’on pourra, en fin de vie, broyer pour engraisser son jardin, ce n’est pas tout à fait une utopie.

2008-12-04-stratification-kayakÀ Theix, près de Vannes (Morbihan), Plasmor fabrique des kayaks et embarcations de randonnée côtière destinés à une clientèle souvent très écolo.

Pour le Salon nautique, trois fauteuils de kayaks recyclables ont été fabriqués à titre expérimental. Le premier est en fibre de verre et lin travaillé avec une résine chimique traditionnelle. Le second se passe de verre. Le dernier est en fibre de lin et résine… d’amidon de maïs. Cette dernière formule est, bien sûr, la plus aboutie du point de vue écologique, mais avec elle, on est encore dans l’inconnu du point de vue de la résistance à l’eau de mer et aux rayons ultraviolets. C’est l’une des pistes de recherche d’un programme qui associe Plasmor à l’Université de Bretagne sud à Lorient, au groupe Finot (architecture navale), à l’Ifremer, au fabricant de fibres Alström et à la journaliste navigatrice Catherine Chabaud.

Le bateau vert demandera sans doute encore quelques années de travail. Il faut d’abord améliorer le tissu de lin qui se présente aujourd’hui comme une espèce de feutre un peu trop épais pour être travaillé aussi facilement que la fibre de verre. Et chez Plasmor, on souhaite que le coût final du bateau recyclable se rapproche le plus possible du polyester traditionnel.

Une question : comment un plastique capable de résister aux éléments marins pendant des années devient-il un jour biodégradable comme un compost ? Simplement parce qu’en le portant à haute température la structure du matériau se modifie. Il est alors simple de le broyer pour le rendre à la nature.

SOURCE : OUEST-BATEAUX

ET L’ARTICLE DU TELEGRAMME : Eco-conception. Le bateau d’après-demain

Extrait : « Navecomat, le programme d’éco-conception d’un bateau en matériaux biocomposites progresse, trois ans après la réalisation d’un kayak de mer en lin et résine de polyester, par la société Plasmor, de Theix (56).

Les recherches ont, depuis quelques mois, permis d’aboutir à un premier composite d’origine végétale, mêlant fibre de lin et résine issue du maïs. »

Tags: ,
Share: 0