Corse et Sardaigne en kayak

Le tour de Corse et de Sardaigne en kayak de mer de Sylvain De Maïo.

2007-10-Corse-Sardaigne-Arbatax

Sylvain a rencontré des conditions exceptionnelles cet été et cet automne 2007 en Corse-Sardaigne. Fréquence et durée des coups de vent en Sardaigne l’ont contraint a un break forcé.

« Au début de l’aventure, vers le Cap Corse, un pêcheur professionnel était venu m’accoster en mer avec son pointu. Au cours de notre bref échange, il m’a dit : « ce n’est pas la bonne année pour faire ton tour mon gars ! ». A sa manière, il avait raison. Et si je n’ai pas eu droit à l’immense joie d’arriver à Bastia pour boucler cette expédition en une fois, il en ressort que la difficulté de cette première expédition (et expérience en kayak) constitue à mes yeux une formidable expérience. Apprendre à lire la mer, à observer les petits signes qui annoncent de grandes choses, à se défoncer physiquement quand il faut, mais aussi l’absolue nécessité de prendre les bonnes décisions. Et puis que de rencontres formidables ! »

Mais ce n’est que partie remise pour Sylvain qui décide de « boucler la boucle » en 2008. C’est donc en Mai 2008, qu’il repart à l’assaut de la mer en kayak de mer Belouga 1 monoplace.

2007-10-Corse-Sardaigne-cap-comino-kayak

Lundi 19 Mai : c’est reparti
Ah, ça y est ! Excitation du départ. Il pleut, la visibilité est mauvaise. Il y a un petit flux d’ouest qui devrait forcir dans quelques heures (force4-5 beaufort), donc je file. Passé le littoral sablonneux menant à la Punta s’Aliga, je prend la direction de la Punta Trettu. L’ambiance change. J’essuie un premier grain, puis 20 minutes plus tard un deuxième plus conséquent (pluie très forte, bourrasques, vagues très rapides, …).Bon, on continue. En arrivant vers cette fameuse pointe qui permet l’accès à une sorte de grand lac ou d’étang, je me rend compte qu’il y a très très peu de fond (20 cm). A certaines reprise je navigue, poussé à bonne vitesse par le courant, avec les algues qui frottent la coque! Je serre les fesses en espérant qu’il n’y ait pas une petite pointe qui dépasse du lot…

2007-10-Corse-Sardaigne-bivouac

LE BILAN EN CHIFFRES DE SYLVAIN :

J’ai effectué le tour des deux îles en 62 étapes : 25 pour la Corse et 37 pour la Sardaigne.
La plus grande distance parcourue : 67km en 8h30 de navigation.
Je suis resté bloqué en tout un peu plus de 60 jours.
Quelques exemples : 4 jours à la marine de Giottani, 4 jours sur la plage de Lotto, soit déjà 8 journées sans naviguer sur les 12 premières passées en Corse…7 jours à Bonifacio…3 jours vers Asinara, 3 jours vers su Pallosu avec Wendy, 10 jours à Portoscuso toujours avec Wendy, 8 jours à Capo Malfatano, etc, etc… (Cela fait déjà 39 jours).

Les ¾ de ces journées n’étaient pas navigables avec des vents d’au moins 6 beaufort.

Le ¼ restant est dû à la houle trop importante, à des conditions encore trop limites en solo après un coup de vent, et certaines journées qui auraient certainement pu être navigables mais où le doute inspirait encore un peu de prudence. Et par définition quand il y a un doute, c’est qu’il n’y a pas un temps « de demoiselle » ! Lorsque l’on on se trouve sur la côte Ouest de ces deux îles et qu’il souffle du Ouest Nord-Ouest d’au moins 6 beaufort, eh bien on va se promener…

Nombre de demi tours :
En Corse : 3
En Sardaigne : 5
L’Italie gagne la coupe.

Quelques chiffres sur la météo :
Le record de vent mesuré à terre durant l’expé : plus de 60 nœuds de Nord Ouest à Portoscuso
Le record de hauteur de vagues observé de terre : houle de 5m à Portoscuso
L’Italie gagne la coupe

Pas mal non plus : 10 beaufort de Sud Est, ce fameux Sirocco qui nous amène du sable (plus de 110km/h) à Capo Malfatano, à deux reprises dans la même semaine, entrecoupé par du 7 beaufort d’Ouest…

Pour le reste, cela oscille entre 40-50km/h et 80km/h.

Les « records » en situation de Navigation :
7 beaufort (et très certainement 8 beaufort ponctuellement) de vent d’Est en régime de fuite vers la pointe Li Francesi mais heureusement pendant ¼ d’heure (ce qui est très long…). J’ai arrêté de mesurer et rangé mon anémomètre avec du 6 beaufort bien tassé. Vu comment cela a encore forci juste après… Je n’ai pas vraiment envie de revivre cela dans l’immédiat…
5/6b avec des rafales à 7/8b de Nord Est (effet venturi très violent) après Capo Argentiera. 7km très intenses en rasant les rochers. Impressionnant mais moins dangereux (vent de terre et de face) que la pointe Li Francesi.Vagues de 2 mètres qui déferlaient dans un flux de Nord Ouest de 5 beaufort vers Santa Marigosa (avant le cap Mannu), le tout forcissant petit à petit. 1 heure de navigation là dedans dans un régime de ¾ avant puis plein travers…
A contrario : mer d’huile, zéro vent le matin et quasiment pas de brise la journée. C’est arrivé deux fois. Mais comment est-ce possible une chose pareille! 🙂
Température minimale : 2/3 degrés avec beaucoup de vent de Nord vers Spiranza fin octobre
Température maximale : un peu plus de 35 degrés à l’ombre début juillet en Sardaigne
© Crédit photo et récit Sylvain de Maïo

Tags: , ,
Share: 0