Kayakafrika dans Voiles et Voiliers

Ethnographe, Xavier a débuté un programme de recherches le long des côtes africaines à l’aide d’un kayak de mer muni de voiles, puis à bord d’un Edel cat 26.

A bord, il y aura tout la matériel audio et vidéo, de quoi bivouaquer, 100 litres d’eau douce, un mois d’autonomie en nourriture et énergie.

2007-06-Kayakafrika

L’histoire débute dans le Morbihan, le fabriquant vannetais Plasmor met au point un kayak de mer de 6,50 mètres en fibre de verre équipé d’un safran, de deux dérives centrales, de deux mats amovibles, de deux voiles lattés et d’un foc.

Répondant à mes attentes, la ligne Kayakafrika est née. Il s’agit d’un modèle Belouga biplace rallongé tenant bien la mer, 300 kilos de charge utile, étanche, robuste, rapide, stable. Un grand kayak pour explorer les côtes africaines. A bord dans les caissons, il y aura tout le matériel audio et vidéo, de quoi bivouaquer, 100 litres d’eau douce, un mois d’autonomie en nourriture et énergie. Sur le pont, une pagaie de rechange, un CPS, une fusée, trois litres d’eau douce, des barres vitaminées, un compas, du matériel de prise de vue étanche. Tout doit être à l’extérieur car, une fois en mer, impossible de sortir de l’embarcation. La houle et les vagues couvrent continuellement le pont et l’hiloire doit être maintenue en permanence fermée à l’aide de la jupe ou d’un cache en Néoprène.
Le long des côtes marocaines, j’ai couvert des distances de plus de 40 milles par jour dans les meilleures conditions, en hiver, avec une dominante de vent Nord-Nord-Est (grand large, houle et courant arrière).
Le littoral mauritanien est une vaste plage où le sable du désert vient se perdre dans la mer..

…La suite de l’article dans Voiles et Voiliers

© Crédit Photo : Xavier Van der Stappen

© Voiles et Voiliers

Tags:
Share: 0