Le kayak a la cote auprès des femmes

Extraits de l’article paru le 05/12/2005 dans www.ouestbateaux.com

« Constructeur de kayaks à Theix, Plasmor capte de plus en plus une clientèle féminine attirée par la randonnée en mer. »

« Mais c’est dans le domaine du kayak que l’entreprise fondée et dirigée par Dominique Bourçois continue d’enraciner sa réputation. En touchant de plus en plus une clientèle féminine.

« Longtemps, le kayak a été perçu comme un sport difficile, de courant et de rivière. Avec le kayak de mer, les plus sportifs peuvent toujours satisfaire leur passion, mais aujourd’hui c’est davantage à la randonnée que les gens aspirent. Pour ce faire, nous concevons des bateaux faciles à manoeuvrer et à transporter », précise le directeur de Plasmor. D’où la réussite du dernier né de la gamme, créé à l’occasion du Salon nautique 2004, le Belouga Caugek, du nom d’une sterne peuplant une île de la rivière d’Etel. Il attire en particulier les femmes. « Elles peuvent facilement en pratiquer puisque ce kayak ne pèse que 24 kg. En étant très stable sur l’eau, il ne demande pas une véritable initiation, si ce n’est celle de connaître le milieu dans lequel la kayakiste va évoluer », poursuit Dominique Bourçois. »

2005-12-05-Kayak-pour-les-femmesClaudine Morice sait conseiller les femmes qui viennent frapper à la porte de Plasmor : elle sait de quoi elle parle puisqu’elle-même pratique régulièrement le kayak.

« La part de clientèle féminine pour ce kayak est aujourd’hui de 33 %. Ces femmes ont souvent plus de 40 ans et aiment la balade. Elles prennent leur kayak comme elles chaussent leurs chaussures de randonnée. Elles ont souvent découvert cette discipline par l’intermédiaire de leur mari ou d’une copine », explique Claudine Morice, assistante à Plasmor.
Elle-même pratique régulièrement le kayak depuis 1995. « En groupe ou même en solitaire, il y a un aspect convivial par le contact direct avec la nature. Une femme peut mettre facilement à l’eau un kayak pour quelques heures ou partir bivouaquer un week-end sur les îles du Golfe puisque ce type de kayak peut transporter une charge de 150 kg. J’aime ainsi remonter la rivière d’Etel jusque dans ces coins les plus reculés ou descendre la Loire qui reste un fleuve sauvage. »
De par l’évolution des matériaux composites pour sa fabrication, la légèreté et la stabilité du kayak donnent désormais l’impression de ne pas avoir à forcer sur la pagaie. C’est aussi un atout qui séduit les femmes. »

Source : www.ouestbateaux.com
Lire l’article rédigé par Patrick CERTAIN.

Tags:
Share: 0